+351 936 049 996
Pourquoi Lisbonne dansera encore alors que …
4 (80%) 4 votes

Pour une fois, cet article sera très personnel et témoignera de ce que je vis quotidiennement. Probablement donc partial mais appuyé par des faits bien réels.

On dansera encore à Lisbonne alors qu’au nord les problèmes vont grandir et grandir

Ce titre m’est venu à l’esprit parce que j’étais à Lisbonne dans un restaurant (avec chanteur, musicien et toute la salle dansant) au moment des manifestations des Gilets Jaunes à Paris. Mais il s’agit de plus que ce moment même. Il y a dans ce titre mon ressenti des évolutions de ces pays, le Portugal dans un sens et Europe au Nord dans un tout autre sens. Je vais essayer de bien vous expliquer ce qui se passe ici.

Restons d’abord dans ce café restaurant de Lisbonne.  Dans les quartiers de Lisbonne près du Tage, autour de la place du Commerce, Alfama et Chiado, il y a maintenant beaucoup d’endroits pour la fête. Restaurants, Cafés, Night Club, tous les genres et plutôt très modernes. La vie nocturne est intense à Lisbonne, fort plaisante et animée. Tous les choix sont possibles, ouverts à tous les publics et âges, traditionnels et très branchés. Et bien sûr comme toujours ici, aucun problème de sécurité dans les rues quelle que soit l’heure.

Avec des amis Portugais et les amies de ma femme Filipina, nous étions dans un restaurant avec musiciens. Un chanteur de Jazz et un pianiste. Très bonne musique, belle ambiance. Je pense qu’il y avait au moins 10 nationalités dans la salle, le chanteur d’origine espagnole chantait en anglais, portugais, espagnol. Une amie est venu chanter un Fado moderne, un autre une version Jazz très émotionnelle. Enorme variété du public, du répertoire, des langues parlées ce soir. Un véritable “Melting Pot”, c’est Lisbonne. Beaucoup de plaisir à partager ensemble ce moment, ces cultures mélangées.

Sécurité totale, ouverture aux influences du Monde, confiance entre tous, plaisir culturel de qualité, ambiance sereine, sourires ou rires partagés, rien d’artificiel ou de commercial. Un vrai miracle. C’est Lisbonne aujourd’hui. Et tout le Portugal est ainsi/ Mais souvent plus portugais que ce mélange de toutes les influences du Monde qui est spécifique à Lisbonne.

Et pendant ce temps, à Paris et en France mais aussi dans bien des pays du nord de l’Europe, les tensions entre les populations s’accroissent. On ne se parle plus spontanément, on ne s’aide plus, voire on s’écrase volontiers avec des voitures qui chargent des Gilets Jaunes pourtant assez pacifiques.

Alors pourquoi est ce ainsi au Portugal ? Pourquoi ici ces partages et ces rencontres en confiance et sécurité ?

Ce que nos visiteurs constatent en arrivant au Portugal

Pour bien comprendre ce qu’est le Portugal aujourd’hui et rester bien concret, je vais vous expliquer ce que nos visiteurs ressentent en arrivant ici et en commençant à s’installer.

La toute première chose qui se remarque ici en arrivant c’est l’accueil, l’aide immédiate, les sourires, les relations spontanées, etc.. Et cela dés que nos visiteurs mettent le pied à l’aéroport ou sur la route, dés qu’ils demandent une question ou font un petit achat, un restaurant, voire simplement de l’essence. Tous nous disent en arrivant à la maison que c’est incroyable comme ils ont été accueillis, aidés. S’ils ont demandé leur route, le plus souvent on leur a dit de suivre la personne, la voiture et les portugais se sont déroutés pour eux. Ils leur ont prêté leur téléphone s’il fallait nous joindre. Ils ont trouvé quelqu’un parlant français si eux même ne les comprenait pas. Etc, etc.. Mille petites histoire toujours recommencées.

D’une manière très générale ici règne la confiance, la volonté d’aider si nécessaire, voire simplement de parler. Je ne l’invente pas, ce n’est pas un slogan de publicitaire. C’est ce que je vois, vis et ce que me disent dés leur arrivée mes visiteurs.

Je ne prend presque jamais de RDVs où que ce soit. Que ce soit à la banque, aux impôts, au garage, il y a toujours une possibilité de m’aider de suite. Hier, je m’arrête pour parler du comportement bizarre de mes pneus sous la pluie (oui il pleut parfois et fort) dans un garage spécialisé (qui bien sûr parle anglais). Loin de regarder superficiellement mes pneus ou de me proposer de m’en vendre vite d’autres, il m’a immédiatement reçu et rectifié le parallélisme. 20 euros seulement ! C’est ainsi, vous avez un besoin, alors une aide se présente. C’est plus qu’agréable.

Tout n’est pas parfait, il se peut qu’il y ait des blocages. J’en ai un au SEF le service pour les étrangers non EU. Un des rares service public débordé et mal organisé. Trop de personnes venant d’Angola, du Brésil et d’ailleurs. Pourtant il y a peu de migrants réels comme nous en connaissons mais ils ne sont pas correctement structurés pour recevoir les demandes. Je cherche d’autres exemples mais je n’en trouve pas dans mon quotidien récent.

Pourquoi est ce ainsi ? Un plus petit pays, pas de stress social, une population avec la même base culturelle solide et simple. Difficile de dire. Peut être l’histoire aussi. En tous cas c’est un fait reconnu par tous. Le Portugal vous accueille à bras ouverts.

Mention Spéciale : l’accueil bancaire

Une des principales raisons qui nous ont fait quitter la France, c’était l’attitude des banques en France. Nous venions d’Asie et avec de beaux revenus venant de HGK. Déclarés et taxés lourdement à l’arrivée en France. AUCUNE banque n’a jamais voulu nous prêter quoi que ce soit pour améliorer une maison afin de recevoir des visiteurs. Aucune possibilité de redémarrer dans mon propre pays même en montrant une certaine aisance financière. Trop âgé, pas de CDI français, etc.. Une totale absence de confiance, d’écoute et de prise de risque. Et surtout un dialogue d’irresponsabilité des conseillers. “C’est ma direction qui dit non, c’est l’ordinateur qui ne veut pas,…” Et ne parlons pas des deux ans pour obtenir un simple permis de construire, d’amélioration d’une façade. Si nous avions pu aménager cette maison, peut être serions nous encore en France et contribuerions au revenu du pays France. au lieu d’aider les français à fuir leur pays. Mon exemple, mille fois répété pour d’autres personnes, étonnez vous que ça n’aille pas bien !

Ici au Portugal, que ce soit à Lisbonne au début puis en Province ensuite, tout a été possible avec les banques. Accueil VIP, ouverture d’esprit sur nos projets, acceptation au niveau même des conseillers (parlant français, anglais bien sûr), aucun retour en arrière une fois le feu vert donné. Prise de risque normale basée sur le bien à financer et non sur des revenus CDI ou autre.

Ici actuellement nos visiteurs achètent presque tous et avec des crédits, jusqu’à 90% du coût ou 80 % de l’évaluation faite par la banque. Car ici, la banque s’intéresse plus au bien à acheter qu’à vos revenus. Vous payez de l’ordre de 200 Euros un expert de la banque qui vous donne le vrai prix du bien désiré. Ce qui vous rassure et rassure la banque aussi. Elle prend un risque très calculé, très mesuré mais au moins c’est du concret. En France, on vous demande un CDI qui n’est en rien une sécurité et qui est souvent impossible à obtenir. Alors à moins d’être fonctionnaire .. la porte est fermée. Avec l’âge aussi, passé 60 ans et même avant, la porte est fermée. Si on a un handicap, bonsoir ! Ici pas de questionnaire médical mais une assurance qui peut être un peu chère passé 65 ans.

Au Portugal, vos retraites sont importantes vis à vis des revenus habituels. Vous êtes des VIP même à plus de 70 ans. Mais de toute façon, même les jeunes qui viennent ici créer leur entreprise sont bien accueillis et aidés. Et oui, nous avons de plus en plus de jeunes, familles et célibataires, 30-40 ans qui ne veulent plus entreprendre en France. Nous voyons aussi de plus en plus de portugais de seconde ou même troisième génération revenant de France pour s’investir ici. Ils sont très bien accueillis.

Un détail : Les Agences bancaires BCP n’ont pas de sas de sécurité, même à Lisbonne. On pousse la porte et on rentre. Pourtant ici on peut mettre de l’argent liquide sur son compte sans être questionné, jusqu’à 10 000 Euros ! On peut bien sûr en prendre autant sans demander par avance ni justificatif. Pas de suspicion stupide, pas d’interdits. Pas de Trackfin. Pourquoi est on considéré en France comme un fraudeur potentiel dés 1000 euros ?

Bref : Les Banques au Portugal, pour moi, pour tous nos visiteurs, c’est vraiment du service et elles aident vraiment en confiance. Après bien sûr, un crédit se rembourse. Ici le banques saisissent les maisons impayées. Le Deal est clair, ils risquent avec vous, vous payez, tout se passe bien. C’est un bon Business clair. Alors ça tourne bien.

Les formalités et l’administration

En France, la vente de notre petite maison, un long chemin de croix. Des mois avec le notaire, les agréments de tous, DDE, Mairie, Parc National, Architectes de France, Safer, Risques naturels, etc.. Des diagnostics en pagaille : plomb, amiante, termites, mérule, etc.. Valables peu de temps donc à refaire souvent et à payer bien sûr. La généalogie des différents propriétaires, etc.. Au total des mois pour avancer même si l’acheteur est parfaitement OK et veut acheter. Au total, des centaines de pages donc dans notre cas au moins 30 à signer.

Au Portugal, l’achat de notre maison, pourtant bien plus grande, un délice ! Pas de diagnostics c’est à vous de vérifier. Pas de notaire, c’est à vous de vérifier le cadastre et les propriétaires avec un avocat. Mais la banque dans le cas d’un crédit va faire le travail pour vous, ne serait ce que pour vérifier la qualité de leur hypothèque. Le notaire (fourni par la banque) vérifie les signatures, c’est tout. Au total, 5 ou 6 pages, une signature. Les clefs tout de suite, le paiement tout de suite au vendeur. Simple ! Cela marche, ça avance, c’est un business simple. On peut faire un achat en moins d’une semaine.

La différence comme pour presque toutes les formalités, c’est qu’ici au Portugal, l’administration n’a pas (pas encore ?) tout compliqué sous le fallacieux prétexte de protéger le “pauvre et débile” consommateur. En France, depuis des décennies, nous sommes infantilisés pour notre bien. La protection du consommateur, le notion du Principe de Précaution pousse à tous les excès dans les formalités et surtout augmente leur coût.

“L’information et la protection du consommateur sont devenues nécessaires compte tenu de sa vulnérabilité face aux vendeurs professionnels” Wikipedia. Voila nous sommes vulnérables donc on nous protège même si c’est lourd et difficile et cher pour nous. A chaque incident une loi, un formulaire, on ajoute de la complexité. En haut, ils savent ce qui est bon pour nous. Restez des bébés, on s’occupe de tout ! Payez c’est tout !

Au Portugal, c’est plus simple, c’est plus rapide, on est plus responsable, on est considéré comme des adultes. Nos visiteurs n’en reviennent pas de la facilité pour obtenir leur NIF, ouvrir un compte bancaire même en non résident (donc étranger), louer une maison, obtenir un crédit, acheter, etc.. Tout est rapide. Nous avons des visiteurs qui arrivent le soir, font les documents de base le matin, signent leur location l’après midi. Nous obtenons dans les semaines suivantes le Certificat de résidence, le RNH. 100% de réussite et un minimum de temps et surtout d’argent !

Alors l’économie du Portugal tourne bien. Evidemment ! C’est la France des années 50 ou 60 ! Avant quand on était bon et simple.

Un autre exemple étonnant et peu connu

Un autre exemple de simplicité, cette fois non tirée de mon expérience : “En Europe, le Portugal jouit d’un statut à part dans la politique de gestion des drogues. Il a en effet été le premier pays européen à dépénaliser la consommation de toutes les drogues en 2001“.

On n’en parle jamais, tout simplement parce que ça marche très bien. Incroyable, non ? “90 % du budget alloué à la lutte contre les drogues est destiné à la prévention et au suivi de la consommation des usagers des drogues. Les drogués sont considérés comme des personnes ayant choisi de consommer des substances psychoactives et non plus comme des criminels. Le Portugal autorise la possession de petites doses de drogue à condition que son usage soit personnel, maîtrisé et non abusif sur la voie publique.”  Voila c’est tout, c’est réaliste, ça marche !

Et le résultat : “Le système de santé public prend dorénavant en charge gratuitement les toxicomanes. Avec le recul, l’expérience est un succès (Article de 2017). Aujourd’hui, le Portugal compte 50 000 heroinomanes, c’est deux fois moins qu’en 1999. Le taux de décès liés à la drogue a chuté, il est cinq fois plus faible que la moyenne de l’Union Européenne. Quant au taux de nouvelles infections au VIH, il a été divisé par 18 en 11 ans. ”

“Les changements observés depuis la dépénalisation sont toutefois nombreux et globalement positifs :

  • Légère augmentation de la consommation de drogues illicites chez les adultes, mais forte diminution chez les adolescents (15-19 ans).
  • Réduction du fardeau des délinquants toxicomanes sur le système de justice pénale
  • Augmentation du nombre de traitements médicamenteux
  • Réduction des décès liés aux opiacés et des maladies infectieuses
  • Augmentation des saisies de drogues”

Que fait la France dans ce domaine ?? Vous ne le croirez pas, elle taxe ! “L’Assemblée nationale a voté, ce vendredi 23 novembre, l’instauration d’une amende forfaitaire de 200 euros pour les « fumeurs de joints »”  Une taxe ! Pas d’aide, pas de politique d’évolution. ” Cette amende ne sera bientôt comprise que comme une taxe pour abonder l’insatiable voracité du budget de la nation. L’article a été adopté par les députés, lors de l’examen en première lecture du projet de réforme de la Justice, avec 28 voix pour et 14 contre. On déplorera qu’un sujet de cette importance ait mobilisé si peu de membres de la « représentation » nationale.” Lire ici

Pourquoi le Portugal agit si intelligemment ? Est ce le personnel politique qui fait défaut en France ?

Conclusion : Lisbonne dansera encore alors qu’au nord on se fera la guerre !

Les peuples ont des cultures qui induisent les tendances à long terme. C’est bien plus profond qu’on ne le pense.

La Chine a retrouvé sa Cité interdite sous une autre forme avec son nouvel empereur sous d’autres habits et son administration de mandarins, la Russie a son Tsar et ses très riches, la France a son Roi et ses courtisans parisiens. Et peut être sa révolution.

Le Portugal a son unité, sa culture repose sur une simplicité concrète. Et Lisbonne a sa vie intellectuelle et sa vitalité ouverte sur le Monde.

Ici on dansera longtemps dans un pays qui va rester calme et sûr alors que les dérives par ailleurs vont se résoudre dans des affrontements sociaux de plus en plus en forts. C’est ainsi. On peut lutter dans la vie mais pas contre de tels mouvements tectoniques. Seul beaucoup de temps peut arranger ce qui ne va pas en profondeur. Le Portugal et l’Europe du nord vont diverger, ici restera une ile de tranquillité, peut être frugale, mais calme et concrètement solide.

A vous de choisir votre vie dans le terreau le plus sain.

Vivre au Portugal en pleine santé vive l'air marin

Vivre au Portugal, pourquoi c'est mieux ?

Inscrivez-vous gratuitement au blog et recevez nos meilleurs conseils pour s’installer au Portugal

Inscription réalisée avec succès ! Bienvenue au Portugal !