L’économie du Portugal

par | 11 Fév 2022 | Caractéristiques Portugal, Général

économie du Portugal
3.8/5 - (5 votes)

L’économie du Portugal est elle en bonne forme ? La semaine dernière, nous avons vu que l’organisation politique et ses principaux leaders étaient plutôt en grande forme et bien responsables. Voir ici. Alors est ce que leur politique porte ses fruits ? Est ce que le Portugal résiste bien (ou non) avec les crises Covid, les confinements etc .. ?

Finalement c’est tout de même très important si vous êtes déjà ou envisagez de vous installer au Portugal de savoir si ce pays se porte bien ou risque de vivre une récession.

Mais il y a au Portugal un problème très spécial. Attention, c’est seulement mon interprétation.

La tragédie de l’économie du Portugal

Il y a une tragédie avec l’économie du Portugal. Au sens grec. L’ananké (en grec ancien) est un concept désigne ce qui est nécessité, ce qui doit arriver, ce qui ne peut pas ne pas advenir. Le terme a ainsi pris le sens de destin chez les Grecs. Les héros victimes du destin son au coeur de l’épopée et de la tragédie grecque. En latin, c’est le Fatum.

Or dans la mythologie grecque et latine, le Destin est une divinité aveugle, inexorable, issue de la nuit et du chaos. Même le plus puissant des dieux, Jupiter, ne pouvait fléchir le Destin en faveur ni des dieux, ni des hommes. Rien ne peut empêcher le destin s’il vous est contraire.

maison avec piscine au Portugal

Pourquoi ce destin joue t’il avec l’économie du Portugal ? Parce que chaque fois que le pays décolle et semble sortir des problèmes économiques graves, arrive un événement qui casse tout et renvoie l’économie du Portugal à la case départ.

Voulez-vous savoir comme cela s’est déjà passé ?

Retour dans le Passé

Nous ne retournerons pas trop loin dans le passé. Commençons après l’heureuse intégration dans l’Europe, en 1986.

Le Portugal est passé d’une économie rurale à une économie plus industrielle puis à une économie de services. Dans le secteur industriel, le textile, la chaussure et l’automobile prédominent.” Voila comment résume le site européen présentant le Portugal.

Ce qui est sûr c’est que le Portugal revient de loin. Une petite histoire d’un journaliste ayant connu le Portugal des années 70-80 et revenant au pays en 2012 : “Avant de passer la frontière, il averti son compagnon de vacances : Attention, prépare-toi, on va voir un pays très pauvre, des ânes dans les rues, des trucs comme ça.”  “Il avait une image complètement stéréotypée du Portugal, mais il a dû reconnaître très vite que les routes portugaises étaient bien meilleures que les espagnoles.”

En 2011 une conférence sur l’image du Portugal dans le monde, a des idées bien arrêtées sur la question : “Nous sommes considérés comme un pays vieux, antique et, surtout en Europe, comme un pays en pleine décadence, économiquement fragile ; nous sommes le pays le plus pauvre d’Europe occidentale et nous n’arrivons pas à en sortir, le pays croule toujours sous les dettes, depuis des siècles – ce qui provoque périodiquement des cycles d’émigration.” Les nombreux préjugés qui existent à l’égard du Portugal, surtout en matière économique, finissent par former une caricature.

Et nous sommes à cette époque largement au delà de l’entrée dans l’Europe du Portugal en 1986 !

Lisbonne Alfama

Donc l’économie du Portugal a été catastrophique, même dans la période récente. Est ce à cause de la dictature d’un Salazar trop “virgilien” ? C’est à dire trop attiré par la vie rurale, simple et paisible. Ou alors à cause de la Seconde Guerre mondiale qui a épargné le Portugal mais qui du coup ne lui a pas permis un nouveau départ et a conservé les défauts du passé ?

Reprenons l’histoire économique du Portugal après son adhésion européenne.

L’adhésion à l’Europe

Le Portugal entre officiellement dans l’Union européenne le 1er janvier 1986, en même temps que l’Espagne. Cette adhésion lui permet d’installer durablement la démocratie et favorise son développement économique. Mais les changements ont été lents.

Puis, le destin frappe ! le Portugal a particulièrement été touché par la crise économique de 2008. Après onze mois de récession, le pays n’a renoué avec une croissance positive qu’au premier trimestre 2013. Et encore, cela n’allait pas bien du tout !

En avril 2011, le Portugal a demandé une aide à l’Union européenne, se traduisant par l’adoption d’un programme d’assistance financière d’un montant de 78 milliards d’euros sur 3 ans. En 2012, l’adoption d’un budget draconien ainsi que de nombreuses réformes (hausses d’impôts et notamment de la TVA, baisse des prestations sociales, augmentation des tarifs de transports urbains, suppression des jours de congés…) ont entrainé de nombreuses grèves et manifestations dans le pays. En effet, le PIB par habitant avait alors perdu 20% en dollars constants depuis 2008. Correspondant à l’époque à 65% de la moyenne européenne, il était descendu à 61% en 2016, traduisant un appauvrissement de sa population.

Comme aux pires moments de la dictature de Salazar, l’émigration repart. “Ainsi les jeunes quittaient le pays, la mise en déroute d’une politique sociale voyait bondir le chiffre de décès des personnes âgées, le pays se voyait asphyxié, désabusé, aucun espoir n’était imaginé, la mort lente s’annonçait.” Courrier International.

Cette crise a très fortement marqué le pays. Car tout commençait à changer vraiment, le Portugal s’ouvrait sur l’Europe, le monde extérieur. Les portugais y croyaient. Ils achetaient des maisons, commençaient à développer des entreprises. Il y avait un réel développement, l’avenir semblait riant.  Le choc a été terrible.

J’ai connu et rencontré, encore en 2016-2017, de nombreuses personnes ayant perdu leur maison saisie par les banques ou perdu leur travail, leur entreprise. J’ai travaillé avec ces personnes qui, pour certaines, n’ont guère pu remonter la pente.

Le destin !

Du coup le Portugal est entré dans le mauvais cercle des pays endettés : “La dette publique atteint 129% du PIB en 2016, bien que les taux d’emprunt soient en baisse. Elle redescend à 123% en 2019, avant de rebondir de 10 points à la suite de la pandémie de Covid-19.”

Selon le FMI, le pays a reculé de 11 places dans le classement mondial du PIB par habitant dans les 20 dernières années. Il est passé du 35e rang en 2000 au 46e aujourd’hui.

Le redressement à partir de 2015

Et puis ça repart ! Les portugais retrouvent le chemin d’une belle économie.

De 2015 à 2020, ce correspondant est resté à Lisbonne : “J’ai vu cette transformation. Il y avait une évolution économique, beaucoup d’optimisme. Et, en prime, ils ont gagné le championnat d’Europe de football en 2016 et l’Eurovision en 2017. Tout semblait en place pour que ça marche, il y avait un grand enthousiasme, l’estime de soi revenait, le pays sentait qu’il fallait profiter de ce moment.”

En 2011, pour sortir de la politique de rigueur imposée par Bruxelles, le pays veut attirer les capitaux étrangers. Les ressortissants qui investissent dans l’immobilier pourront bénéficier d’exonérations d’impôts. En trois ans à peine, c’est un raz-de-marée. Les projets de réhabilitation fleurissent. Et les centres-villes de Porto et Lisbonne sont envahis par les touristes.

Pourtant la montée en puissance de la Chine avec ses faibles coûts salariaux a concurrencé le Portugal qui n’avait guère que cet atout de ces faibles salaires.  Le Portugal continue de pâtir d’un faible niveau de productivité, du fait de son tissu d’entreprises de très petite taille, peu compétitives et tournées essentiellement vers le marché national. « Il y avait pourtant eu un virage après la récession, souligne-t-il. On a vu un début de transformation dans les secteurs traditionnels, vers une production plus innovante, recherchant plus la valeur ajoutée, mais … cet élan a été interrompu par la pandémie. » Article des Echos ici.

“En dépit de ces difficultés, le pays est régulièrement désigné comme l’une des destinations favorites des investisseurs internationaux, qui apprécient le bon état des infrastructures, la stabilité sociale et politique, la sécurité, l’hospitalité et la disponibilité des talents.”

L’économie portugaise fonctionne ainsi, à deux vitesses, derrière le vernis de destination cool , plébiscitée par les investisseurs depuis l’installation du Web Summit, le grand rendez-vous européen de la tech, sur les bords du Tage en 2016. Certes, le Portugal compte autant de licornes que l’Italie, l’Espagne et la Grèce réunies. Il est devenu le paradis des start-up et la « Mecque » des nomades digitaux en temps de Covid. Mais il reste toujours un pays de production à bas prix, choisi par les entreprises pour délocaliser à proximité la production textile, les call centers ou les back-offices des banques.”

économie du Portugal

Web Summit Lisbonne

« Ces atouts devraient aider le Portugal à profiter pleinement de la dynamique du plan de relance européen. D’autant que les axes fondamentaux, les enjeux de climat et d’énergie renouvelable, tout comme la transition numérique, font déjà partie des lignes de force de son économie », estime Tiago Vidal, directeur général du cabinet de conseil LLYC au Portugal.

économie du Portugal

Touristes à Lisbonne

Mais ces dernières années, la grande impulsion est arrivée du tourisme et de l’installation de retraités européens, venus profiter au soleil des avantages fiscaux mis en place pour eux. Il n’en faut pas beaucoup pour que certains décrivent le pays comme un mix entre la Silicon Valley et Miami.

Car le destin frappe de nouveau avec le Covid !

Et la crise Covid ?

Le destin, c’est la cassure de la pandémie Covid !

Cette pandémie a mis fin à la trajectoire de croissance de l’économie portugaise entamée en 2013. Le pays avait réussi à redresser les finances publiques (excédent budgétaire de +0,1% en 2019) et à diminuer le poids de la dette. Cependant, la crise sanitaire a mis en évidence ses vulnérabilités. L’économie est durement touchée notamment à cause du poids des services, et notamment des activités liées au tourisme qui représentent environ 15 % du PIB. Les recettes du secteur ont ainsi subi une baisse d’environ 50 % en 2020, et ne devraient retourner aux niveaux précédant la pandémie qu’à l’horizon 2023, selon la société portugaise d’assurance Cosec.

économie du Portugal

Moins grave que la récession de 2008 mais qui a cassé l’essor du tourisme. Mais si l’inflation arrivait là dessus ?

Et alors où en est vraiment est l’économie du Portugal ?

“Depuis les dernières élections législatives de 2015, la Parti Socialiste portugais dirige le pays avec l’appui du Parti Communiste et du bloc de gauche se sont entendus pour arrêter le saignement national. Le Portugal est-il sorti d’affaire pour autant ?

Certes, l’augmentation des salaires les plus bas, la réduction d’impôts pour les ménages les plus faibles, l’aide à la création d’entreprise a redonné le sourire aux Portugais.” Suivant l’article ici.

Les nouvelles dispositions économiques et industrielles ont attiré les investisseurs étrangers au Portugal, bénéficiant d’aides gouvernementales et d’une masse salariale de jeunes diplômés à bas coût. Qui plus est, le choc “terroriste” dans certains pays méditerranéens a provoqué un désintérêt touristique qui a bénéficié au Portugal.

Il en va de même concernant les retraités européens qui peuvent s’installer au Portugal et se voir exonérer d’impôts pendant 10 ans. Enfin le Portugal révèle qu’il sera dans l’avenir un important producteur de ce que l’on appelle aujourd’hui l’or blanc, le Lithium. Mais cela ne va pas sans opposition écologique avec la peur d’une pollution certaine.

Tous ces facteurs ont aidé ce pays à redresser la tête.

Mais l’augmentation des prix immobiliers et surtout la liberté retrouvée des loyers, la réhabilitation des coeurs de ville ont obligé de nombreuses familles pauvres à se reloger bien loin des centre villes. Mais n’est ce pas une évolution normale? Au centre même de Lisbonne et de Porto, c’était une vision terrible  d’immeubles en ruines avec des arbres sur les toits, même sur les plus belles places.

“Mais pour l’économiste Jose Reis, de l’Université de Coimbra, ces résultats flatteurs cachent une réalité bien différente. “Oui, c’est vrai, la balance commerciale est équilibrée mais équilibrée à cause du secteur des services et surtout du tourisme qui pratique des salaires très bas. Il y a les limitations imposées par les exigences de Bruxelles. Et la restriction de devoir envoyer une part significative des richesses, qui sont importantes pour le développement du pays et pour payer la dette publique, pour payer les créanciers internationaux. C’est une restriction énorme qui paralyse la possibilité d’investir dans le secteur public.” Lire cet article.

Depuis dix ans, pour contrôler le déficit public, le gouvernement portugais a gelé les salaires des fonctionnaires. Les multiples mouvements de grève n’ont rien changé.” Ces socialistes sont de redoutables gestionnaires qui ne lâchent pas facilement les clés de la caisse. Très pragmatique, l’équipe actuelle n’est jamais revenue sur la dérégulation du marché du travail réalisée avant elle par la droite.

Voila l’histoire, sans cesse des redémarrages économiques prometteurs, sans cesse un destin qui vient casser l’élan !

Les atouts du Portugal

Mais, mais il y a ..les Portugais et un génie portugais !

Revenons très en arrière. Au temps des grandes découvertes portugaises. Il y a eu de l’aventure mais il y a eu aussi un très rare sens d’organisation, de planification et de recherches précises des techniques nécessaires. Bref un grand sens de l’aventure ET d’une réelle organisation des moyens pour voyager.

Par exemple : “L’originalité portugaise a été de savoir faire évoluer ses embarcations suivant les besoins rencontrés pendant toute l’expansion. A la science héritée des Arabes, des Génois ou des Catalans, présente dans les connaissances astronomiques ou dans les instruments de navigation, les Portugais ont ajouté leurs connaissances empiriques de construction navale qu’ils obtinrent au fur et à mesure que l’exploration maritime poussait toujours un peu plus loin…”

Lisons Portugal en Français ici : “Les premières embarcations, les barques et les balingers (barinel en portugais), furent essentielles aux débuts de l’expansion maritime portugaise. Relativement petites, ces embarcations ont permis l’exploration de l’Atlantique Nord, la découverte des Açores et de Madère, ainsi que le dépassement du Cap Bojador en 1434.” Mais ensuite “en descendant vers le Sud, les Portugais durent affronter des vents contraires, présents après le Cap Bojador. Les voiles latines des barques ne permettaient pas de naviguer au delà efficacement. L’apparition des caravelles, qui succédèrent aux barques, correspondent au début de la deuxième phase de l’expansion portugaise, vers 1440.”

Et puis il y a eu la révolution des cartes, voulue et mise en place par les rois eux mêmes. Le prince Henri le Navigateur, aux commandes de l’expansion portugaise, privilégia d’abord l’exploration systématique de la côte africaine, jusqu’en 1434. Mais auparavant en 1418, il créa son école des découvertes à Sagres. “qui aurait représenté la refondation moderne de l’étude par la science appliquée dans la chrétienté»

La cartographie moderne, née avec les missions d’exploration portugaises, a permis, à partir de l’empirisme propre aux découvertes, le registre scientifique. En confrontant, par l’expérience, le savoir des Anciens, en prouvant qu’ils pouvaient être erronés, le chemin vers ce qu’on nommerait plus tard la méthode scientifique était ouvert. Cette révolution mentale, la « révolution géographique », fut permise par une cartographie née de l’expérience. Ce fut l’une des plus grandes contributions portugaises à la Renaissance.

Il y a bien eu pour créer cet immense empire, un génie portugais. Ce n’était pas que du hasard et de la chance mais une épopée quasi industrielle avant l’heure. Et les résultats économiques ont été remarquables à cette époque ! Pour un si petit pays.

Prenons un autre petit exemple récent : “En une dizaine d’années, le Portugal est devenu le premier producteur de vélo en Europe.” Comment cette région autrefois dédiée à la fabrication de céramique s’est-elle reconvertie avec succès dans le vélo ? Des taxes sur les vélos chinois ont permis de prendre le leadership mais pas sans esprit de conquête et de réalisme industriel : “À l’abri du Bouclier Européen, porté par un SMIC à 740 euros bruts par mois, la vallée du vélo a pu s’enrichir et innover. Trois entreprises de la région ont mis dix millions d’euros sur la table pour inventer un robot capable de souder des cadres en aluminium. Une technologie top secret.” Résultat : “la production portugaise a explosé, passant de 427 000 unités par an à 2 700 000 en 2019″. Le Portugal a du talent.

Alors l’économie du Portugal ? En bonne santé ou bien ? Sans les coups du destin en 2008 et 2020, le Portugal serait en très grande forme. Et il repart courageusement, bien géré. Nul ne sait ce que l’avenir apportera mais le génie, la résilience portugaise est immense. Aucun doute que ce pays surmontera toutes les crises.

Vous pouvez parier sur le Portugal.

 

💬 Une question ? Un commentaire sur cet article ? Cliquez-ici

maison au Portugal

Nos derniers articles

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez gratuitement :

✔︎ notre guide "Administration et fiscalité pour s'installer au Portugal"
✔︎ une fois par mois nos meilleurs conseils pour vivre au Portugal

3 Commentaires

  1. Willy raphaël baudouin

    Oui c’est vrai,il ya vraiment un dynamisme chez les portugais et un grand lien avec leur pays comme le peuple juifs avec Israël et Jérusalem.

    Réponse
  2. jean

    parfait et merci pour toutes ces information toujours passionne

    Réponse
  3. Pierre

    Article long long….qui laisse une impression très mitigée. Le Portugal et les Portugais(se)s reviennent de très loin. Ces derniers le doivent avant tout à eux-mêmes et à leurs dirigeants, outre les attouts naturels du pays et de gros coups de pouce de l’UE. Pour le surplus, comparez ce qui est comparable, à savoir des États ou des Régions de ceux-ci….au sein de l’UE, vous verrez qu’il n’y a pas que la dette nationale ou le PIB per capita portugais qui soient préoccupants. Les stats sont disponibles et vous verrez que nombre de régions du nord et de l’est de l’Europe ne sont pas mieux loties. Perso, j’espère que le Portugal pourra devenir un producteur majeur de lithium à la condition d’imposer aux multinationales de pouvoir maîtriser le processus de a à z, de l’extraction à la livraison du produit fini, première étapes d’autres filières cette fois industrielles….

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Quelle maison fabuleuse à prix de rêve pourriez-vous acheter au Portugal ?

Quelle maison fabuleuse à prix de rêve pourriez-vous acheter au Portugal ?

You have Successfully Subscribed!