Les chocolats de Nazaré

par | 20 Déc 2022 | Partir au Portugal

3/5 - (5 votes)

Nazaré les grosses vagues, le surf ! Oui mais pas seulement car à Nazaré, Casa Vergao a découvert les chocolats de Mme Bless ! Et c’est une belle histoire, une aventure suisse au Portugal 🙂

Découvrons donc ensemble la chocolaterie de Nazaré !

Et bien d’autres choses car c’est aussi une très belle expérience d’expatriation. avec de très bons conseils.

C’est un interview de Lucas.

La chocolaterie de Nazaré

Je vais laisser la parole à Mme Bless.

maison avec piscine au Portugal

Elle est venue au Portugal, en vacances en famille en 2017, cette année là il y avait de grands feux, « Nous avons pensé que la monoculture pouvait en être un grand responsable. Ce qui a fait naitre le projet de s’installer et de faire de la permaculture pour essayer de contrecarrer ce problème en créant une Quinta sur ce modèle.

Le chocolat n’est venu que dans un deuxième temps après avoir trouvé notre pied-à-terre à Nazaré en attendant de trouver la Quinta. La chocolaterie est devenue mon occupation principale“.

C’est intéressant parce que de mon expérience, on part souvent sur un projet et sur le chemin, sur le terrain ça se transforme. L’important c’est de partir et d’avancer. Et ensuite il y a d’autres projets. Lisez c’est étonnant !

“Ça a commencé le 18 octobre 2019. Donc on est à un peu plus de trois ans.

Depuis un peu plus d’un an, j’ai une deuxième activité avec une jeune amie portugaise. Nous avons racheté une petite entreprise de cosmétiques naturels, tout en bio, en huiles essentielles qui a été créée à Lisbonne par une ingénieur chimiste française il y a quelques années et qui avait travaillé une vingtaine d’années chez L’Oréal. Nous sommes toujours en collaboration avec cette dame. Elle crée les produits que nous lui demandons. Et il y a un mois, nous avons inauguré à Nazaré un magasin au nom de nos produits : “ma Naturelle” , dans cet espace nous avons notre  laboratoire de production, un espace co-working et workshop.

Donc voilà, j’ai deux activités. Mais mon activité principal reste la chocolaterie. Je dirais que je consacre peut être à 10 % de mon temps aux produits cosmétiques, je suis surtout présente pour les décisions administratives et de développements. Mon amie s’occupe de tout le reste qui touche à “ma Naturelle”, gestion de la boutique, site internet, diffusion sur les réseaux sociaux. Je consacre tout le reste de mon temps à la création et confection des chocolats, au développement de la chocolaterie et à la diffusion des chocolats. Je ne suis pas douée dans tout ce qui est informatique, c’est donc mon amie qui s’est occupée de la création du site web de la chocolaterie.”

Et voila le site : chocolatebless 

Le succès de la chocolaterie de Nazaré

 

“Je peux dire que malgré les événements de ces trois dernières années, oui oui c’est un succès, entre autre parce que j’ai réussi  à faire apprécier du chocolat différent aux Portugais. Des chocolats plus “foufou” dans les saveurs. Ça pour moi, c’est déjà un grand succès d’avoir une certaine clientèle portugaise, on m’avait tellement prévenu que jamais ce ne serait possible.

Ensuite, c’est vrai que j’ai attiré une clientèle d’expats qui recherchent des produits qui sont plus dans ce qu’ils ont connu chez eux, même si j’ai des grains de folie gustatif dans mes préparations. J’ai des magasins qui vendent mes chocolats, ainsi que des restaurants qui les servent en dessert avec ou sans café, j’ai de nouveaux débouchés qui se présentent devant moi, et ça, c’est très intéressant.”

Lucas : ” Vous avez combien de références de chocolat ?”

Mme Bless : “J’ai des provenances d’à peu près 8 pays avec des pourcentages de cacao différents.

On va commencer avec des blancs un peu particuliers de 30 à 38%, particuliers parce que plus crémeux dû à un plus haut pourcentage de beurre de cacao et surtout mélanger à du lait très riche de nos montagnes suisse.

Ensuite on passe à des chocolats au lait qui vont de 36 % à 49 % de cacao, évolution de 5 différents pourcentages. Dans les 60 % et on monte jusqu’au 68%, puis dans la tranche des 70%, jusqu’au  75%, ce dernier qui vient de São Tomé et Principe, ancienne colonie portugaise .

Après il a les bonbons de chocolat. Je suis à une trentaine de saveurs différentes et dans ce que vous avez vu comme mini bonbons de chocolat, la boite la plus courante contient 50 pièces, on monte jusqu’à 40 parfums différents.”

Je mélange dans mes bonbons et ganaches de chocolat, des fruits, épices, thés, cafés, poivres, huile d’olive, Ginja (liqueur de cerise), Porto mais aussi du gin. Je fais du chocolat pour un magasin spécialisé en whisky à Lisbonne, avec des whisky fumés, des whisky single malt.”

“J’essaye de ne travailler qu’avec de petits producteurs.

Mon chocolat de base vient de Schwitz en Suisse, de la maison Felchlin,  dernière fabrique de chocolat en main familiale en Suisse.Je suis une petite entreprise et de ce fait j’essaie de ne travailler et favoriser que des petits producteurs au Portugal et d’ailleurs

Lucas : “Et j’ai remarqué que vous aviez aussi une épicerie qui propose des produits locaux. Vous pouvez m’en parler un petit peu plus?”

Mme Bless : “C’est cette année, après discussion avec certain de mes clients qui regrettaient de ne pas trouver certaines épices, et autres ingrédients, je me suis lanceé.  Je propose des épices diverses, des cafés du torréfacteur Flor de Selva à Lisbonne dans le Chiado, café torréfié au feu de bois, que j’utilise dans mes chocolats.

Le thé, qui entre aussi dans la composition de certain de mes chocolat,s vient de la Companhia Portuguesa do chá également dans le quartier du Chiado.

Après on va avoir de l’huile d’olive qui vient de chez Amaro dans Trás-os-Montes.

Des liqueurs de chez Quinta do Espinho dans la Serra d’Estrela. Vous allez trouver aussi le Porto, de la maison Sequeira petit producteur dans le haut Douro, je représentante pour leur vin ici dans la région. Ils font un rosé qui ressemble énormément a des rosés français qui sont aussi très regrettés par certains de nos expats.”

Je travaille également avec une entreprise espagnole. Ce sont des amis qui sont basés du côté de Barcelone le monsieur était cuisinier et a monté cette entreprise pour fournir des produits de qualité aux cuisiniers professionnels, pâtissiers et autres.

Ce monsieur favorise aussi le travail avec des handicapés, ce qui est pour moi une philosophie intéressante. Une de nos filles travaille dans le monde du handicap, donc c’est quelque chose qui me parle beaucoup et de ce fait, j’ai voulu favoriser leurs produits aussi dans ma petite épicerie. A part cela, j’ai quelques objets cadeaux pour avoir des choses qui sortent un peu de l’ordinaire par rapport à ce qu’on trouve ici dans la région.”

 Maintenant l’expatriation heureuse

Lucas : ” Maintenant on va parler plus de la vie de tous les jours. Donc êtes vous heureuse d’avoir changé de pays ?

Mme Bless : ” Oui. J’aime beaucoup mon pays la Suisse, mais ici au Portugal j’ai trouvé une façon différente de vivre. Je dirais peut être plus détendue. Et puis surtout, je penes que quand on recommence à zéro une nouvelle vie, on balaye peut être des stéréotypes, des habitudes. J’essaye un maximum de me fondre dans la vie portugaise. J’ai fait des efforts dès le premier jour pour essayer d’apprendre le portugais. Je ne le parle pas bien, mais je me fais comprendre puisque j’arrive à donner de petites conférences et workshop en portugais, mais aussi en 4 autres langues.

Donc je pense que petit à petit je vais m’améliorer, j’essaye de me donner la peine. J’ai aussi fait toutes les démarches, que ce soit pour la chocolaterie ou autres en grande partie par moi même, en baragouinant au départ quelques mots de portugai et beaucoup de mots d’espagnol, j’ai la chance de parler cette langue ce qui m’a bien aidé.

Si l’on montre qu’on veut vraiment faire un effort par rapport au Portugal on s’attire les sympathies. Par exemple je vais un maximum au marché local faire mes courses au lieu d’aller au super marché. Si on s’installe dans un nouveau pays, apprendre à connaître les us et coutumes du pays et les respecter c’est le bon départ pour une intégration réussie. Et en cela je n’ai aucun problème. Je suis très adaptable. ”

Le Portugal

Lucas : “Qu’est ce qui est bien mieux au Portugal ?

 Mme Bless : “Ce n’est pas bien mieux, c’est différent. J’ai vécu dans plusieurs pays, on ne peut pas dire c’est bien mieux, c’est simplement autrement et ou ça convient ou ça ne convient pas. Ici j’aime le climat. Le brouillard qu’on a parfois dû aux entrées maritimes ne me dérange pas. Cela donne un peu un esprit fantomatique au paysage qui peut amener à beaucoup d’imagination. Et j’en ai énormément.

Les périodes de tempêtes sont pour moi extraordinaires. J’aime beaucoup le vent avec la pluie, qui accompagne la tempête. J’aime autant les périodes ensoleillées, magnifiques. Je dirais qu’on a la chance de vivre à Nazaré où il ne fait pas trop chaud parce que mon mari a un peu du mal avec la chaleur. Nous avons une vie magnifique ici, mais on a aussi une vie magnifique en Suisse à la montagne, dans un tout petit village de 60 habitants, dans notre vieux chalet de 1810 chauffé au bois.”

Lucas : ” Trouvez vous la vie chère à Nazaré ?”

Mme Bless : ” Si je compare avec la  Suisse, non. Quoiqu’elle a pas mal augmenté en général à cause de plusieurs de phénomènes économiques et d’une arrivée importante d’expatriés qui viennent s’installer ici. Tout ce qui est côtier est devenu cher au niveau de l’immobilier, mais aussi au niveau des restaurants. La vie courante en général n’est épargnée. Pour certaines choses, on en est déjà à des augmentations de près de 30 %. Donc oui, moi je pense beaucoup aux Portugais avec leur salaire de base. Pour eux c’est énorme.

Maintenant, si on va à l’intérieur du pays, puisque nous nous intéressons aussi cette partie du pays, n’ayant pas changé d’idée sur l’acquisition d’une propriété  pour de la permaculture, et où nous envisageons de produire nos propres huiles essentielles pour nos produits cosmétiques. Dans ces zones, on peut encore avoir des prix corrects en immobilier, nourritures et dans les restaurants.”

Lucas : ” Est ce difficile d’avoir du contact avec les Portugais ?”

Mme Bless : ” Non, non, non. J’ai le contact facile, surtout si on se donne de la peine d’aller vers eux en laissant de côté nos principes, notre mentalité et nos habitudes. Nous vivons avec des gens qui ont une autre éducation, un autre passé historique, donc ils ont aussi une différence culinaire.

Mais en acceptant tout ça, et au contraire en étant curieux de connaître leur façon de vivre, leur façon de manger, leurs fêtes, leurs traditions qui sont, je trouve, très très intéressantes. On ouvre toutes les portes, C’est très facile d’ouvrir les portes. Il faut se donner de la peine.

Il ne faut pas juste venir pour profiter du paysage des bords d’océan ou de la campagne et puis de vivre entre entre personnes étrangères. Il faut ouvrir sa porte à tout le monde. Chez nous, c’est ouvert tout le temps. La chocolaterie, il y a souvent des fêtes, tout le monde est invité et en général ça finit en repas à la bonne franquette.”

La vie à Nazaré

Lucas : “Dernière question, quel est votre quotidien à Nazaré en dehors du travail ?”

Mme Bless : ” Alors mon quotidien en dehors du travail ? Je visite, j’essaye de rencontrer de nouvelles personnes, je visite ce que je peux, qui n’est pas toujours trop loin.

Il m’arrive aussi d’avoir des coups de folie ! Le lundi jour de fermeture de la chocolaterie, en dehors des saisons coups de feu, tout d’un coup je me dis voilà, j’ai envie de partir pour Porto, puis je prends ma voiture, je fais mes 2 h de route, je vais à Porto découvrir de nouveaux endroits.  Ou bien Je vais peut être descendre sur Lisbonne ou ailleurs pour me balader. J’ai une cousine et des amis qui habite Caiscais et les environs.

Voilà, je me prend le temps vivre pour découvrir le pays et faire de nouvelles rencontres”

Lucas : ” C’est un pays qui est assez tranquille, il n’y a pas de tensions”

Mme Bless : ” Ah non,  je n’ai peur nulle part. Je vais partout, je n’ai pas peur.

Je sais qu’il y a des quartiers de Lisbonne où il faut être un peu plus prudent, j’ai des clients qui ont eu des soucis, ils se sont fait arracher un sac, aborder pour leur proposer de la drogue. Moi cela ne m’est jamais arrivé. Je ne dois pas avoir une tête à ça, peut être je fais peur, je ne sais pas mais bon moi il ne m’est encore jamais rien arrivé.

Pourtant je me ballade de façon assez insouciante. Il faut tout de même être un peu quand même un peu prudent, comme partout au monde. On ne va pas se balader avec son porte monnaie autour du cou, et en abordant n’importe qui non plus, ça c’est clair.”

Conclusion

Je ne sais pour vous mais moi, j’aimerais vite goûter ces 40 chocolats avec tant de saveurs.

Vous savez bien maintenant où aller vite chercher quelque cadeau de Noël. Dans la chocolaterie de Nazaré, de Mme Bless !

Mais surtout vous avez ici quelques très bonnes règles d’une heureuse expatriation. A suivre !

L’important, se lancer et avancer. Le reste vient, nous est donné sur place, le chocolat ici mais ce peut être une tout autre chose.

💬 Une question ? Un commentaire sur cet article ? Cliquez-ici

maison au Portugal

Nos derniers articles

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez gratuitement :

✔︎ notre guide "Administration et fiscalité pour s'installer au Portugal"
✔︎ une fois par mois nos meilleurs conseils pour vivre au Portugal

4 Commentaires

  1. Navarro Martine

    Très intéressant et différent, merci ! Cette dame me plaît beaucoup et j’espère la rencontrer un jour.

    Réponse
    • Brigitte Bless

      Bonjour Madame,
      vous êtes le bienvenue.
      Je vous souhaite une bonne année 2023

      Réponse
  2. Yvan Marchetti

    Très belle intégration qui va nous permettre de surmonter notre dépendance au chocolat suisse…très bon reportage…une fois de plus!

    Réponse
    • Brigitte Bless

      C’est avec plaisir que je vous reçois à la chocolaterie dès le 6 février 2023
      Je vous souhaite une bonne et heureuse nouvelle année

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quelle maison fabuleuse à prix de rêve pourriez-vous acheter au Portugal ?

Quelle maison fabuleuse à prix de rêve pourriez-vous acheter au Portugal ?

You have Successfully Subscribed!