Le Portugal a du sens

par | 14 Oct 2022 | Caractéristiques Portugal

4.5/5 - (8 votes)

Le Portugal a du sens ! Certes il y a du soleil, un climat super, de bonnes tables, des plages, de belles maisons mais ce qui est le plus extraordinaire et important, le Portugal a du sens ! Un des rares pays en Europe a avoir encore du sens.

Mais qu’est ce que ça veut dire qu’un pays “a du sens” ? On ne parle jamais ainsi ou bien ? Est ce si important ? OUI vital ! Ah ?

Je vais vous l’expliquer et vous comprendrez vite pourquoi il est si important de vivre dans un pays, le Portugal, qui a (encore) du sens.

Que veut dire “avoir du sens” ?

On comprend un peu mieux si je vous dis “ma vie a du sens” ou “ça n’a pas de sens ce truc là!”. En gros, avoir du sens c’est avoir une direction claire, une raison d’être que l’on comprend.

maison avec piscine au Portugal

Intéressant mais est ce si important ? Et que voudrait dire qu’un pays tout entier a du sens?

Eh bien c’est fondamental pour nous, humains mais aussi pour toute vie un peu consciente. Nous allons remonter aux racines.

Nos ancêtres ont été de vrais chercheurs de sens

Retournons très en arrière, des milliers d’années, peut-être même des millions d’années en arrière. Imaginez que vous vous promeniez dans la jungle, la steppe, n’importe où en fait mais autrefois.

Si vous vous promeniez comme vous le faites actuellement dans un parc bien propre ou même dans une forêt européenne, vous n’allez pas survivre très longtemps. Peut-être une heure ? Deux heures ? 10 minutes ?

Aujourd’hui vous n’avez plus besoin de prêter attention à TOUS les bruits, odeurs, mouvements autour de vous. Une légère attention suffit. Bon, parfois je croise des personnes qui sont tellement insouciantes qu’elles peuvent traverser des rues sans même regarder autour d’elles. Il y a, à part les voitures, vraiment très peu de dangers dans nos pays.

Autrefois il fallait une attention très soutenue pour deviner ce qui pouvait arriver, à tous instants. Il fallait PREVOIR sans cesse ce qui pouvait surgir et venir tranquillement nous manger !

Regardez un moineau vivre. Il est sans cesse dans l’attention autour de lui, automatiquement, sans stress d’ailleurs.

Vous descendez en droite ligne de milliers d’ancêtres qui ont TOUS survécu ! Ceux qui n’ont pas fait attention, ceux qui n’ont pas prévu ce qui pouvait arriver n’ont généralement pas transmis leurs gènes, ne sont pas vos parents. C’est une question de câblage de cerveaux.

Votre cerveau s’est modelé pour prévoir

Il y a un repli du cerveau nommé “cortex cingulaire antérieur” qui sert à cela, à prévoir ce qui va se passer. Si quelque chose ne correspond pas à ce que le cerveau prévoit, quelque chose qui sort du “normal”, ce cortex cingulaire s’excite, s’illumine sur les images cérébrales.

Si on donne à un groupe humain des cartes successives avec des gains ou pertes d’argent, il se produit trois phénomènes très bien décrits :

  1. Nous repérons assez vite des régularités. Par exemple, nous remarquons que des cartes rouges offrent un gain. Nous sommes très, très forts pour trouver des régularités, j’y reviendrais tellement c’est fondamental.
  2. Si subitement, la régularité est cassée alors le cortex cingulaire s’illumine. Par exemple, une carte rouge normalement associée aux gains provoque une perte. Alarme, ce n’est pas normal.
  3. Et si la régularité disparait totalement, avec une grande incertitude qui rend impossible de savoir le résultat, alors le cerveau n’en finit plus de s’allumer. La personne est constamment à la recherche du moindre changement, ne sait plus quelle direction donner à ses actes. Cela peut très mal finir.

Vous avez le bon cerveau de vos ancêtres

Tout cela est très bien étudié. Notre cerveau a été façonné pendant des millénaires, il est exactement le même que celui de vos ancêtres qui ont si superbement survécu dans un monde très dangereux et difficile. Ils étaient des singes, nus et fragiles, sans dents ni griffes, pas très rapides et sûrement délicieux pour beaucoup de prédateurs. Ils ont survécus, au moins le temps de se reproduire et d’élever les enfants.

Il fallait avoir un bon cerveau avec de très bonnes prévisions, de bons automatismes pour détecter sans cesse ce qui était normal, calme, sans danger et ce qui était un danger même quasiment invisible.

Franchement, nos centaines de milliers d’ancêtres ont été très doués (les autres ont vite été mangé et ne sont pas nos ancêtres) et donc ils nous ont donné un cerveau très capable de chercher des régularités dans le monde et de détecter des erreurs possibles. Nous avons ce cerveau et il fonctionne de la même façon qu’autrefois mais dans un monde bien différent. Un monde devenu majoritairement artificiel, c’est à dire non naturel.

Les régularités du monde c’est le sens .. des choses, du monde, de tout !

Il y a de bons livres qui parlent de ça, par exemple “Où est le sens ?” de Sébastien Bohler ou “Jusqu’à la fin des temps” de Brian Greene plus général mais revenant sur les mêmes points.

Nous sommes assoiffés de découvrir les régularités dans le monde pour prévoir ce qui va se passer.

C’est le but permanent de la science, faire des expériences qui fonctionnent à chaque fois, quel que soit l’opérateur. Découvrir les mécanismes de la nature nous a emmenés très loin jusqu’aux théories quantiques que nous ne comprenons pas du tout, personne ! Mais qui marchent à 100 %. Nous ne savons pas vraiment pourquoi mais nous avons que c’est ainsi que le monde fonctionne et ça nous satisfait pleinement. Nous savons qu’il y a des régularités dans le monde physique et cela nous rassure grandement.

Et quand il apparait une irrégularité, la science cherche une nouvelle théorie, une nouvelle approche pour éliminer cette irrégularité. Comme par exemple les théories de la relativité.

Tout est programmé dans votre cerveau

Tout votre environnement habituel est ainsi programmé dans votre cerveau avec la prévision du résultat de chacune de vos actions. Savoir conduire c’est savoir comment la voiture va se comporter si vous faites ça ou ça. Quand ça fonctionne normalement, vous pourriez presque vous endormir et d’ailleurs ça arrive malheureusement. Donc normalement il y a toujours une attention résiduelle et heureusement.

Mais si quelque chose sort de la normalité, des prévisions de votre cerveau, il y a une alerte générale et brutale. Par exemple avec un obstacle soudain, une balle sur la route ou une modification du comportement de la voiture à cause d’une plaque de verglas, un pneu crevé. L’alerte est forte, stressante, tout le corps réagit et nous n’aimons pas trop mais c’est salutaire. Notez qu’il n’en faut pas trop souvent de ces alertes.

Nous aimons bien un peu de nouveauté mais pas trop. Pensez aux vacances dans un pays nouveau. Passionnant mais tellement fatigant et stressant au bout d’un moment.

L’incertitude est difficile à vivre

Si les choses deviennent incertaines, nos cerveaux puis nos corps, stressent totalement, sans cesse. Très mauvais pour la santé, très mauvais pour la vie quotidienne. Les expériences avec des singes plongés dans un monde incertain vont jusqu’à la folie, l’agressivité, voire le meurtre.

Vous n’êtes pas câblés pour un monde incertain même si de rares personnes le supportent. Même dans la guerre, quand vous lisez par exemple sur la guerre de 14-18, “Ceux de 14” de Maurice Genevoix , il y a des habitudes qui reviennent très vite pour donner une régularité à la vie, aussi folle soit elle. Par exemple, reconnaitre au son l’obus qui arrive, calmement en prévoir la chute. Même dans un monde aussi chaotique que les tranchées, rapidement les hommes trouvent leurs marques, trouvent des moyens de prévoir. Donc trouvent finalement un sens. Pour autant que les choses restent identiques.

Ce qui était le cas dans cette guerre déjà ancienne et embourbée. Cela doit être bien moins le cas dans une guerre moderne ou rien ou presque ne peut se prévoir, le danger étant tellement silencieux et varié. Le missile hypersonique n’appartient plus à un monde qui peut se prévoir.

Notre civilisation a perdu son sens

Et c”est cela le plus grand problème. Nos cerveaux ne vivent calmement que si nous savons et pouvons prévoir ce qui va arriver, à chaque instant et demain. Or notre civilisation industrielle et politique a perdu tous sens.

Je pourrais faire un inventaire de tout ce qui n’est plus prévisible mais il suffit de repenser aux dernières années pour avoir un florilège de faits imprévisibles : Confinements, masque ou pas masques, vaccins qui ne sont pas des vaccins, interdiction de sortir dans la campagne ou même de chez soi sans écrire pour s’en donner la permission pour quelques mètres, etc..

Mais aussi dans tous les domaines donc santé et alimentation, que peut on manger ? Pas sucré, pas salé, pas OGM, pas de viande ? Energie, que peut-on consommer ? Rouler électrique ou pas ? Avoir de l’essence ou subitement plus ? Etre très bon avec nos centrales nucléaires puis les démonter et abandonner puis regretter et .. ? Conspuer le charbon puis finalement le redémarrer ?

Fermer nos raffineries par exemple alors qu’on roule majoritairement à l’essence : “Sur la seule période 2009 – 2021, douze ans seulement, leur nombre a chuté de 14 à 6.”  “Dans le même temps, l’Europe s’est jetée dans les bras des raffineries russes : leur part dans les importations européennes est passée de 63 % en 2000 à 80 % en 2019, grossissant même après l’annexion de la Crimée en 2014.”

Puis soudainement couper sans même réfléchir toute relation avec la Russie. Et pareil avec le gaz. Pourtant même un enfant sait bien que sans énergie il n’y a plus notre civilisation moderne. Comment prévoir ? Quel sens dans ces actions politiques ?

Quant à la finance : “Depuis un an on a eu tout faux sur les prévisions d’inflation et les prévisions de marché, mais que là depuis hier, on a l’impression que le monde merveilleux de la finance a enfin retrouvé la lumière et l’avenir est soudainement plus clair, le ciel plus bleu et j’ai même entendu un oiseau chanter ce matin. (…) Mis à part ça, on n’a toujours rien réglé au niveau de l’énergie, de l’économie et de la récession à venir, mais depuis hier comme on sait exactement ce qui va se passer sur les taux et sur l’inflation, on est nettement plus à l’aise. Comme quoi, le savoir c’est la base de tout.” L’excellent blog de Thomas Veillet. Si cela a du sens ??

L’inflation ? “En fait, un couple à New York a récemment décidé de quitter complètement la ville lorsque le loyer de son appartement d’une chambre est passé de 5 000 $ à 7 000 $ par mois …” Euh ? 7000 € par mois pour une chambre ?? C’est fou! Malheureusement, tout notre système devient fou à ce stade.

Bon ça c’est l’économie, le politique mais il y a aussi le social, les relations humaines. Et là, c’est bien pire encore.

Nous avons besoin de sens pour vivre ensemble

Quand nos ancêtres vivaient en petits groupes, ils savaient qui étaient leurs collègues et voisins. Ce qui signifie qu’ils savaient prévoir ce que ceux-ci pouvaient faire dans les relations, s’aider ou pas, s’agresser ou pas, etc.. Quand les groupes ont grandi avec les villes puis les pays, il s’est alors créé des rituels et des religions. Leur but c’est créer des liens communs, des comportements communs. Un sens commun, une explication du monde en commun.

Nous avons absolument besoin de savoir, de prévoir comment les autres que l’on rencontre vont se comporter avec nous. Nous croisons, rencontrons en une journée citadine plus de personnes que nos anciens dans toute leur vie. La totalité des normes sociales sert à nous indiquer comment ces centaines de personnes inconnues vont agir.

Il y a encore un siècle, voire moins encore, l’habit par exemple indiquait précisément le rang, la condition, l’éducation, les comportements même. Aujourd’hui, rien n’indique ou presque le comportement possible. Autrefois des personnes parlant à haute voix, seule dans la rue, étaient folles, peut-être dangereuse. Maintenant ces personnes parlent sans doute à quelqu’un à distance. Plaisanterie certes mais exemple. Il devient très difficile de savoir qui est qui. Et surtout de prévoir ce qu’il va faire.

Je n’ai pas envie dans cet article déjà long de lister tout ce qui ne donne plus de sens à la vie quotidienne. Je n’ai pas du tout envie de parler des trucs “woke” ou “genrés”.Si vous ne voyez pas, je ne vous choquerais pas et si vous ne voyez que trop, je ne vais pas retourner le fer dans vos plaies 🙂 Nos vies quotidiennes n’ont plus trop de sens, nos pays n’ont plus de sens.

Mais parlons Portugal !

Le Portugal a du sens

Après cette longue explication il y a deux choses à retenir :

  1. Nous avons un cerveau qui demande sans cesse du sens. Nous devons prévoir ce qui va arriver chaque seconde ou alors nous sommes devenus des zombies et ça c’est vrai il y en a de plus en plus. Ils ont abdiqués et ne survivront pas dans la jungle. heureusement pour eux, tout est fait pour leur éviter le moindre problème et même les repêcher quand ils se seront vautrés.
  2. Si notre cerveau ne trouve pas de régularités, de sens dans notre vie et surtout dans les relations, alors il a en permanence alarme, souffrance, stress, mal-être profond. Je ne parle pas de léger mal-être, de dépression personnelle. Je parle d’un automatisme au plus profond de nos cerveaux qui souffre terriblement de ne pas savoir ce qui va arriver demain. Tous nos maux en découlent.

Et le Portugal là dedans ? Toutes mes expériences dans ce pays m’ont démontré que ce pays est moins atteint par cette perte de sens.

J’ai souvent écrit que le Portugal fait vivre sans cesse ses racines historiques. Par exemple sur les traditions en cuisine et ICI . C’est un pays homogène socialement et qui partage les mêmes rituels. Le Portugal a du sens parce qu’il a conservé beaucoup de rituels. Communs à tous !

Les rituels sociaux sont très importants.

Toutes les études montrent que le partage d’un rituel rapproche les personnes, donnent un sens commun, calment la quête du sens. Depuis toujours, les humains se retrouvent dans des rituels : danses, musique, repas, sport, religion, etc.. Des actions faites ensemble qui prouvent à nos cerveaux anxieux que les autres vont se comporter correctement, comme soi-même.

Ce sont ces rituels qui ont disparu de nos civilisations ou du moins qui se sont éparpillés en petits groupes mais sans être partagés au niveau d’un pays comme la France. Nous avons des communautés de plus en plus différentes avec des rituels dits communautaires qui ne concernent plus qu’un groupe, parfois restreint. Voila c’est là la différence ! En France c’est chacun son petit rituel dans son coin. Surtout pas un rituel global français. Comme une honte !

Même le pain au chocolat, on a réussi à partage la France en deux avec les “chocolatines” et les pains au chocolat. Même pour ça, on est divisé 🙂 Et je ne parle pas de toutes les sortes de pain qui ne veulent plus se connaitre, bio, épeautre, normaux, etc..

Il y a toujours eu des diversités bien sûr mais il y avait des rituels acceptés et reconnus par quasiment tous. La religion en faisait partie. Je connais des pays comme les Philippines où les religions même diverses agissent comme des rituels qui rapprochent les gens. Au Portugal la religion catholique donne un sens à tout le pays.

Le football au Portugal donne aussi du sens. On est “Benfica” ou “FC Porto” mais on est d’abord supporter et cela aussi rapproche les portugais. Le rituel sera de regarder ensemble si ce n’est d’aller au stade, de porter l’écharpe du club, même comme enfant.

Les rituels rapprochent, nos cerveaux en ont besoin

Ces deux rituels, religion et sport, existent en France mais bien moins partagés et de loin pas au niveau du pays entier. Parfois c’est même plutôt des facteurs de séparation plus que de rassemblement. On aime ou pas, je ne suis moi-même pas tellement sport, ni tellement religieux mais je constate qu’au Portugal il y a une identité qui soude très fort tous les portugais dans des rituels.

J’ai retrouvé à Vergao les messes dominicales auxquelles j’ai parfois participé mais sans rien comprendre (pourquoi avoir abandonné le latin universel et les rituels qui sacralisaient la cérémonie ?). Mais les rassemblements soudaient les gens et nous-même avec eux, étaient identiques à ceux que j’ai connu enfant dans mon village d’enfance avec mes grand-mères. Y compris la visite au cimetière après la messe pour dire bonjour aux anciens et soigner la tombe familiale. Rituels, rituels qui rassemblent au delà même de la vie et de la mort.

Nos cerveaux aiment cela ! Si être moderne c’est abandonner par culture scientifique tous ces rituels (parfois un peu idiots et certainement illogiques) c’est se priver du sens commun qui soude un peuple.

Les rituels, partagés entre TOUS les portugais, sont nombreux au Portugal

Il n’y a pas que la religion et le football. Il y a les repas de famille, si fréquents, avec les recettes obligées et savoureuses. La morue, la fameuse ” bacalhau” aux mille recettes est aussi un rituel de partage, d’identification, de ré-assurance. Toutes les recettes portugaises sont traditionnelles. Et partagées par tous.

En France, nous avons des milliers de fromages, de recettes, donc beaucoup de créativité mais aucun rassemblement sur un produit. Même plus le vin. Nous sommes bière, pizza, paella, tacos, kebab, etc.. Où est passé la baguette? Même le jambon-beurre est devenu Mac Do et Subway.

J’aime aussi la diversité, comprenez moi bien, mais j’aurais aimé garder une fierté française commune dans un repas identique pour tous.

Il y a les cafés, avec la bière légère à partager. Je reconnais que je n’ai pas assez accepté ce rituel, ne buvant que rarement en journée. Mais les hommes du village quand ils ont fini la journée, ou le dimanche sont ensemble pour partager, s’offrir ces bières.

casavergao

Il y aussi les fêtes de village, innombrables l’été. Elles aussi c’est un rituel toujours renouvelé et identique. J’ai déjà écrit que ces fêtes sont toutes pareilles et c’est vrai. Même toutes petites, même dans un petit village, il y a musique avec de vrais groupes, instruments et chanteurs, avec la même musique portugaise, avec ses tonalités  identiques, gaie et un peu triste . Il y a le bar, quelque animations. Il y a la danse portugaise que je n’ai jamais vu ailleurs mais toujours la même, à deux. Ces fêtes sont de vrais rituels.

Fêtes au Portugal

Fête à Vergao – Les boissons

Pas besoin de chercher à faire la fête la plus innovante, différente des autres. Non la fête portugaise ce doit être une fête qu’on connait, un rituel qui rassemble t qui dit : “Nous sommes portugais et ensemble”. Il y a tous les dimanches cette émission de télé : “somos portugueses” là aussi un sacré rituel dans une ville différente chaque semaine mais rigoureusement la même émission. Un français trouverai un peu “ringard”, un parisien n’apprécierait pas du tout.

Les fêtes plus spéciales comme celle des chevaux à Golega (10 jours et nuits quand même) sont aussi des rituels, très calmes, très arrosés pourtant. Fête commerciale normalement avec les ventes de chevaux, l’ambiance reste très chaleureuse et bon enfant. Mêmes recettes des restaurants, mêmes bières, mêmes promenades sans excès.

Il y aussi les traditions des étudiants avec leurs capes et leurs symboles. C’est vivant, vraiment porté en journée et le soir.

étudiants portugais

Je suis toujours étonné de l’amour et du respect des portugais pour leurs traditions. Dans un sens ils sont assez fermés à l’innovation, font tout comme ça s’est toujours fait mais dans un autre sens ils gardent de vraies racines profondes dans toute leur vie quotidienne, tout le temps. Musique, cuisine, football, religion, fêtes du village, cafés, etc..

J’ai écrit dans d’autres articles : “C’est ainsi dans TOUT le Portugal ? Savoir devenir moderne et changer tout en restant fier et bien ancré dans son histoire et ses traditions. Sans les inutiles et stériles controverses actuelles qui fleurissent dans d’autres pays qui se coupent de leurs racines. Et ainsi s’appauvrissent socialement et culturellement. Je crois que c’est cela qu’on ressent ici, qui donne le calme, la sécurité et le charme du Portugal.”

La sécurité et la solidarité au Portugal sont les conséquences de ces innombrables rituels nationaux

Tous ces rituels partagés partout et par tous soudent le peuple portugais. Participer à ces rituels permet à nos cerveaux de prévoir les autres. De comprendre ce qu’ils peuvent faire, agir et réagir, dans nos relations croisées. C’est pourquoi le Portugal a du sens pour nos cerveaux.

Nous sommes ainsi fait et si le cortex permet de dépasser les automatismes, il reste qu’on comprend mieux celui qui vous ressemble et agit comme vous. Ne serait ce que dans un rituel sportif.

Un enfant qui veut s’intégrer dans un groupe qui joue devra d’abord jouer comme les autres. Pas dire d’emblée “Je connais un meilleur jeu, c’est nul votre truc!” Il serait rejeté rapidement. D’abord on fait avec comme les autres puis on ajoute son truc personnel, peut-être.

Au Portugal, l’intensité des rituels communs permet une très grande sécurité. Dans une grande foule comme à Golega il y a une très grande sécurité globale, sans police, parce que tous se ressemblent et agissent sans surprise. Même avec tant de bière, je n’ai jamais vu de bagarre, ni même de hurlements ou cris d’ivrognes. On boit certes, trop parfois mais on tient son rang.

Et bien sûr l’incroyable solidarité portugaise vient de là aussi. Le jour où sur l’autoroute, à la station d’essence, ma voiture s’est refermée, les clefs avec tous mes papiers à l’intérieur et moi tout seul dehors, tout le monde est tranquillement venu m’aider. Pompiste, flics en patrouille, .. Pas pour me demander mes papiers ! Pour casser une vitre et me mettre un feuille de plastique pour que je puisse continuer à rouler. Pas d’argent demandé même si je voulais payer.

Au Portugal, on se ressemble, on peut se faire confiance, on peut s’entraider. Alors les rituels sont peut-être “ringards” parfois, démodés comme la religion, populaires comme le sport, voire pas trop sain comme les bières, ces rituels, nos cerveaux en ont absolument besoin pour vivre heureux. Nous sommes ainsi et c’est très bien comme ça.

Le Portugal a du sens pour nos cerveaux si anciens, si géniaux.

 

 

 

 


 

 

 

💬 Une question ? Un commentaire sur cet article ? Cliquez-ici

maison au Portugal

Nos derniers articles

Inscrivez vous à notre newsletter et recevez gratuitement :

✔︎ notre guide "Administration et fiscalité pour s'installer au Portugal"
✔︎ une fois par mois nos meilleurs conseils pour vivre au Portugal

6 Commentaires

  1. Isabelle Peronneau

    Boa Tarde! Très juste analyse (comme d habitude). Oh oui, les rituels de Société sont les garants de stabilité. Pour la messe, on apprend vite 😊
    En tous cas, on sait pourquoi on vit au Portugal.

    Réponse
    • Yolande Sommer

      Bravo 👏🏻👏🏻👏🏻 nous sommes bien d’accord ! Les rituels sont le ciment de nos vies qui n’empêchent nullement l’Individualisme de chacun …Merciiii pour votre article

      Réponse
      • Jean

        Exactement. Les rituels rapprochent les personnes mais s’il n’y a plus aucun rituel commun à un peuple, y a t’il encore un peuple ? Autrefois même les élites nobles, très éloignées des paysans et gens du peuple de France partageaient également les rituels religieux. Maintenant il y a des groupes bien différents avec des rituels bien différents. Sauf au Portugal.

        Réponse
  2. jean charles félix LENOIR

    Très bel article !
    très humain
    très touchant
    si je souhaite m installer au Portugal c est exactement pour cela !
    pour le sens
    un pays avec des vrais gens, qui sont le Portugal
    un pays anthropologiquement cohérent …
    j ai des amis Portugais qui travaillent avec moi depuis 25 ans et je les trouve plein de DIGNITAS , d honneur à l ancienne
    quel bonheur de les cotoyer
    ma retraite dans 2 ans
    autour de BRAGA
    peut etre tout pres de la mer
    portugal meu amor !!
    jean charles lenoir

    Réponse
  3. Freret

    Je passe mes vacances tous les ans au Portugal en Algarve, pour moi c’est un pays qui vous ressource
    psychologiquement, le moral, un pays de richesse, un pays comme la France m’inquiète, me fait peur

    Réponse
  4. DUGRE Jean Marie

    Un très bel article, profond, sincère et vrai . Toute la richesse humaine est là certes en partie derrière ces rituels qui sont les nerfs de la solidarité et de la convivialité et qui donnent un véritable sens à la vie . Oui durant un mois j’ai trouvé cette valeur auprès du peuple portugais que j’ai côtoyé , ce bien-être nécessaire à l’épanouissement et à la vie de chacun Heureux de pouvoir me joindre très prochainement au sein de cette belle communauté riche de vraies valeurs .

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quelle maison fabuleuse à prix de rêve pourriez-vous acheter au Portugal ?

Quelle maison fabuleuse à prix de rêve pourriez-vous acheter au Portugal ?

You have Successfully Subscribed!